آخر الإعلانات

محطات

«Le cancer du sein peut être guéri à hauteur de 95%»

«Nous venons de clôturer la campagne octobre rose de prévention contre le cancer, mais nous poursuivrons continuellement notre action de sensibilisation à une meilleure prise en charge de cette maladie». C'est la quintessence de l'allocution prononcée par la présidente de l'association départementale Errahma des malades cancéreux, Mme Razi Malika, à l'ouverture d'une journée consacrée au cancer du sein, hier, à la maison de la culture, Rachid Mimouni, de Boumerdès. Après avoir fait un exposé succinct sur l'épidémiologie de tout type de cancer, le professeur Oukal a mis l'accent sur les avantages du dépistage précoce entre autres, la réduction du taux de mortalité, l’allègement du traitement et l'évitement de la chimiothérapie, qui est coûteuse et gênante pour de nombreuses patientes. «Seulement trois décès du cancer du sein sur 1 000 personnes, sont actuellement enregistrés en Algérie, alors que la proportion des décès est plus importante parmi celles non dépistées», a t-il relevé. Tout en insistant sur l'importance du dépistage de masse, il précisera que «le cancer du sein peut-être guéri à hauteur de 95 %, pour peu que son diagnostic se fasse précocement. La prévention contre cette maladie ne se limite pas à une simple campagne, comme celle ci, loin s'en faut, mais elle relève plutôt d'une action politique étatique en faveur de la population». D'autant plus, ajoutera t-il, qu'après toute opération de dépistage, la prise en charge pluridisciplinaire des patientes est obligatoire. Lui succédant, le spécialiste, M. Chetibi, axera justement son intervention sur l’amélioration de la prise en charge. Il tiendra à signaler que «tout diagnostic tardif donne un pronostic sombre dans ce domaine précis». Lors du débat ayant ponctué cette conférence, le directeur de la santé et de la population a précisé que cette wilaya dispose de trois unités d’oncologie, d'un service de mammographie à l'hôpital de Thenia, alors que les opérations de chimiothérapie sont effectuées au niveau des hôpitaux de Bordj Menaiel et Dellys. La troisième et dernière communication dans le programme de cette journée, portant sur l'hormonothérapie des cancers a été animée par la professeure Mme Kanoun. Employant un langage simple, cette spécialiste a montré que «les femmes ayant eu leurs menstruations précocement sont les plus exposées au cancer du sein», a-t-elle signalé d'emblée, avant d'expliciter les différentes techniques de traitement de cette maladie. Elle dira enfin, en réponse à une question d'une participante qu'elle ne se fie pas, eu égard à son expérience de 30 ans dans ce domaine, à la médecine parallèle. Le mérite de cette autre journée scientifique organisée par l'association Rahma, après les opérations de dépistage de Naciria et d'Afir est de démystifier davantage cette maladie redoutable, qualifiée jusqu'à présent en Algerie de '' mal maudit''.

Salim. Haddou / LA DÉPÊCHE DE KABYLIE / 1 Novembre 2015